En quoi cette initiative est-elle unique ?

Pendant des décennies, Valence a été une ville qui vénérait les véhicules à moteur et se vantait de la quantité et de la fluidité de son trafic. Pourtant, en été 2015, les autorités municipales ont fait un pas en avant pour inverser cette situation. Le scénario d'urgence climatique l'exigeait, mais aussi la volonté d'améliorer la qualité de vie de ses habitantes qui, avec la promotion du vélo et la nouvelle piétonisation, économisent de l'énergie et améliorent leur économie.

Résultats les plus remarquables

Valence est une ville où l'espace public appartient à nouveau aux citoyennes plutôt qu'aux voitures, et où les personnes ne sont plus des piétons. La mobilité durable promue par la municipalité de Valence a entraîné des changements ambitieux et fondamentaux qui stimulent la santé individuelle et collective. Outre une planification urbaine axée sur la réponse à l'urgence climatique, il est nécessaire de changer les habitudes de vie, de réduire les déplacements et d'encourager la consommation locale.

Certains tronçons du réseau cyclable de Valence, qui s'étend sur près de 170 kilomètres, accueillent environ 7 000 véhicules par jour, et l'utilisation de ce mode de transport durable a augmenté de 21 % au cours de l'année écoulée. Selon les calculs du Département de la mobilité durable, chaque kilomètre de piste cyclable représente une économie d'énergie de 0,214 %. Depuis l'approbation en 2013 du Plan de mobilité urbaine durable (PMUS) jusqu’à présent, le réseau cyclable de Valence a augmenté de 44 kilomètres, soit 36 %, ce qui, ajouté aux neuf kilomètres prévus pour l'année prochaine, se traduira par une économie d'énergie de 11 % d'ici à 2023.

Bien que la première piste cyclable de la ville ait été construite en 1982, le réseau a depuis lors fait l'objet non seulement d'extensions kilométriques, mais aussi d'améliorations dans l’itinéraire, la sécurité et les facilités de stationnement qui ont conduit de plus en plus de personnes à opter pour ce mode de transport : on estime que trois personnes sur dix utilisant le réseau à vélo en 2021 se rendaient auparavant au travail en voiture.

Le PMUS détermine les critères appliqués pour déterminer les zones où des pistes cyclables doivent être aménagées, en se fondant sur le résultat des propositions faites par le public dans les budgets participatifs et les demandes faites par le conseil lui-même dans les budgets annuels.

La majorité des personnes qui se déplacent dans la ville le font à pied (environ 50 %), à vélo (6 %) ou en transports publics (16 %) : seuls 15 % environ utilisent des véhicules privés pour se déplacer dans la ville.

Citation du comité d'évaluation

“Le leadership politique est essentiel dans ce projet. La municipalité s'est engagée auprès des habitantes à créer un changement culturel au sein des communautés locales. Valence s'attaque au changement climatique par le biais d'une mesure très concrète et tangible qui modifie le paysage et l'utilisation de la ville, en donnant de l'espace au soft power (manière douce) et à la mobilité durable. L'expérience peut être facilement reproduite dans d'autres contextes.”

– Amanda Flety

LIRE PLUS

Pour en savoir plus, lisez cet article détailléVous pouvez également télécharger le formulaire de candidature rempli par cette initiative pour participer au prix Villes Transformatrices.