Depuis 2014, la campagne « Notre eau, notre droit » (Our Water Our Rights) a réussi à mobiliser la société civile, les syndicats et les groupes communautaires de Lagos pour lutter contre la privatisation de l’eau, et a su sensibiliser l’ensemble des citoyen-ne-s dans la recherche de solutions à la crise de l'eau de la ville. Malgré toutes les difficultés rencontrées, cette campagne a aussi obtenu une augmentation des dépenses publiques en matière d'eau et d'assainissement urbain.

Lorsqu' ERA a appris que le gouvernement de l'État de Lagos négociait secrètement un partenariat public-privé pour son approvisionnement en eau – dans une ville déjà très mal desservie en termes de services d'eau – l’organisation a décidé de mener sa propre enquête, en travaillant avec une grande variété d'organisations nationales et internationales pour mobiliser les citoyen-ne-s de la capitale. Pour cela il y eu, non seulement, toute une campagne d’information auprès de l’opinion publique sur les projets de privatisation de l’eau du gouvernement mais aussi une sensibilisation à la prise de conscience des implications d’une privatisation.

La campagne s’en prenait principalement à Visionscape Sanitation Solutions, la société détentrice de l’unique contrat de gestion des déchets à Lagos faisant également partie d'un partenariat public-privé dans le secteur de l'eau. Les habitant-e-s ont posté des photos sur les réseaux sociaux pour montrer à quel point leurs rues étaient devenues sales depuis que Visionscape avait pris en charge la gestion des déchets à Lagos. C’est grâce à cette campagne que ce contrat a pu être résilié et la gestion des déchets reprise en main par le gouvernement.

Cette campagne a également obtenue d’autres réussites plus structurelles telles que l'annulation du contrat entre le gouvernement et la Banque Mondiale en tant que conseillère du programme de privatisation; faire pression sur le gouvernement pour qu’il destine 185 millions de dollars de son budget à l'accès à l'eau potable; et rassembler de nombreuses et différentes organisations, mouvements sociaux et communautés de Lagos dans un même message. Bien que les plans de privatisation du gouvernement soient toujours à l'ordre du jour, notre campagne se poursuivra jusqu'à ce que soit atteint l´objectif de consacrer le droit à l’eau comme un droit fondamental reconnu par la constitution.

« La campagne « Notre eau, notre droit » et la coalition qui – jusqu'à présent – a réussi à freiner la privatisation de l'eau à Lagos, m'ont rappelé nos propres mobilisations et notre lutte à Cochabamba, en Bolivie, en 2000. En menant une campagne basée sur le principe de l’organisation, les habitant-e-s de Lagos nous donnent une grande leçon et nous prouvent que tout est possible ».
– Marcela Olivera

Vous souhaitez davantage d’informations sur cette initiative ? Veuillez nous contacter.

Ou visitez le site erafoen.org

Atlas des utopies