Une communauté de la ville de Kitale, au Kenya, s'est rassemblée pour transformer les déchets en produits recyclés de valeur commercialisable - une activité conçue pour améliorer les moyens de subsistance, nettoyer les demeures et l'environnement, et améliorer la production alimentaire et énergétique.

Le groupe communautaire Dajopen Waste Management de Kitale né du manque d'engrais et d'énergie propre pour cuisiner, s’éclairer et se chauffer. Le groupe a identifié plusieurs façon d’améliorer la situation comme la collecte et le recyclage des déchets, la plantation d'arbres sur les terrains publics pour augmenter la couverture forestière et l'utilisation de fumier organique. L'un des principaux objectifs de l'initiative était également d'améliorer les conditions de vie, en éliminant les lieux où se multiplient les moustiques, les rongeurs et les mouches.

L’Agricultural and Livestock Research Organization (Organisation kényane de recherche sur l'agriculture et l'élevage) a participé à la formation du groupe aux processus de collecte, de traitement et de nettoyage sanitaire des déchets ainsi qu’à leur réutilisation pour fabriquer des produits comme des paniers, des casquettes, des tapis de sol, des sets de table, des perles, des colliers et des sacs. Des jeunes ont aussi été formés à la fabrication de briquettes à partir de poussière de charbon de bois et de pâte à papier, ce qui a permis en même temps d'améliorer leur statut social et leurs revenus. Des hommes ont été formés au recyclage des plastiques pour leur reconversion en poteaux de clôture. Ce recyclage a permis de réduire le besoin en poteaux en bois, de réduire la déforestation, d'aider à sécuriser les terrains et les maisons contre les accapareurs de terres et de mettre ainsi un terme aux conflits liés aux limites de propriétés. Des tuiles recyclées ont également été produites, permettant aux familles à faibles revenus d'améliorer leur logement à un prix abordable. Des hommes ont également été formés à la fabrication de compost à partir de déchets verts, solides et biodégradables et de déchets alimentaires.

La plupart des intégrant-e-s de la communauté ont augmenté le rendement de leurs cultures en utilisant du fumier organique, et la fertilité des sols s’est améliorée. Grâce aux bénéfices obtenus du recyclage, la communauté est désormais en mesure d'envoyer ses enfants à l'école et de subvenir aux besoins dans le domaine de la santé.

« L'engagement dans l’utilisation d’engrais organiques et dans la réutilisation ouvre la porte à la promotion d'habitats plus sains et plus durables. Cela permet aussi d’aborder d'énormes problèmes, tels que l'appauvrissement et l'acidification des sols et la souveraineté alimentaire. Il ne fait aucun doute que ce projet éducatif ne peut qu’améliorer la qualité de vie des personnes ».
– Alba del Campo

Vous souhaitez davantage d’informations sur cette initiative ? Veuillez nous contacter.

Atlas des utopies